Demandez Ă  mon entourage (👋 Sandrine !) : le tĂ©lĂ©travail, c’est quelque chose qui me tient Ă  ❀ ❀ coeur ❀ ❀. Je l’apprĂ©cie et le pratique depuis des annĂ©es. Il est aussi, Ă©videmment, en place chez BeastieJob. Cependant, j’ai toujours le sentiment de devoir l’expliquer, de devoir dĂ©montrer pourquoi ça fonctionne. Alors j’en parle, j’en parle et j’en parle encore. 😄

Avec le confinement, la plupart des sociétés de services (au sens large : boßtes de conseil, de développement, de gestion de facture, immobilier, etc.) ont dû franchir le pas du télétravail complet.

La transition a Ă©tĂ© encore plus difficile dans ces sociĂ©tĂ©s qui ne l’avaient jamais pratiquĂ©. MĂȘme celles qui avaient dĂ©jĂ  en place 1 ou 2 jours par semaine de tĂ©lĂ©travail rĂ©gulier se sont retrouvĂ©es, elles aussi, face Ă  des difficultĂ©s qu’elles n’avaient pas soupçonnĂ©es.

Pourquoi ? parce que le tĂ©lĂ©travail (encore plus le « full remote »)), ça ne consiste pas uniquement Ă  laisser ses collaborateurs chez eux et continuer Ă  travailler comme avant. Non. Avoir des Ă©quipes en tĂ©lĂ©travail, c’est avant tout revoir sa conception du travail en groupe et mĂȘme du travail tout court.

Travailler Ă  distance, c’est embrasser tout un jeu de nouvelles pratiques.

Le cas Basecamp

Basecamp est une sociĂ©tĂ© qui Ă©dite… Basecamp. Leur solution est un outil de travail collaboratif qui permet aux Ă©quipes de travailler ensemble en ayant tout sous la main (partage de fichiers, chat, etc.). Elle a environ 50 personnes rĂ©parties dans 32 pays. Ses deux fondateurs, Jason Fried (CEO) et David Heinemeier Hansson (CTO) partagent rĂ©guliĂšrement leurs retours d’expĂ©rience de ces 20 annĂ©es passĂ©es Ă  travailler Ă  distance (ils ont mĂȘme Ă©crit plusieurs bouquins sur le sujet).

Dans une de leur vidĂ©o, ils s’attachent Ă  apporter des rĂ©ponses aux problĂšmes que les entreprises rencontrent en ce moment mĂȘme dans leur organisation du travail.

Je l’ai trouvĂ©e tellement inspirante que j’ai dĂ©cidĂ© de m’appuyer dessus pour reprendre leurs conseils en les mixant Ă  mes propres rĂ©flexions.


Le rĂ©sultat est une succession de bonnes pratiques, non-exhaustives, un petit peu en vrac 😄, bardĂ©es d’anglicismes, mais qui j’espĂšre pourra vous aider, vous, votre entreprise ou vos managers dans cette pĂ©riode.

[ Le texte devenant un poil long et un poil indigeste aussi … je l’ai scindĂ© en plusieurs parties. Vous lisez la premiĂšre partie, qui introduit gentiment le concept.]

Comment transitionner de 0 remote Ă  full remote ?

Tout le monde ne peut pas travailler Ă  distance. C’est la premiĂšre chose que l’on entend. Avec aussi, « il faut avoir le mindset », « il faut savoir travailler seul ».

Eh bien, non, tout le monde peut travailler Ă  distance, figurez-vous. ParticuliĂšrement, durant cette pĂ©riode, oĂč l’on a pas le choix. La clĂ© ici c’est

l’adaptation

Il faut acquĂ©rir de nouveaux rĂ©flexes et c’est tout. Comme vous l’avez fait, lorsque vous avez dĂ©couvert le monde du travail « normal » dans un bureau ! Il n’y a rien qui rend la pratique du tĂ©lĂ©travail rĂ©servĂ©e Ă  une Ă©lite.

Je connais des personnes qui se considĂ©raient, elles-mĂȘmes, « inaptes » au tĂ©lĂ©travail (👋 JC !) et qui se sont rendu compte que 1) elles y sont arrivĂ©es 2) elles n’avaient jamais aussi bien bossĂ©es de leur vie !

AcquĂ©rir ces nouveaux rĂ©flexes, ça prend du temps. Mais c’est faisable.

Comme toute nouvelle compĂ©tence, il suffit de se former. Heureusement, l’information sur le sujet est prĂ©sente partout maintenant : je vous recommande le livre « Remote : Office not required (de Jason & Don) » par exemple. Il y a pas mal de sites Ă©galement comme KnowYourTeam.com etc.

Cette pĂ©riode, se prĂȘte particuliĂšrement Ă  l’expĂ©rimentation : c’est LE MOMENT pour essayer une nouvelle mĂ©thode de travail. Managers, c’est le moment de voir, ensemble, avec vos Ă©quipes quelle mĂ©thode pourrait convenir, et zou, se lancer ! Nul doute qu’il y aura des ratĂ©s, des ajustements Ă  faire, mais au final, les bĂ©nĂ©fices seront au rendez-vous, Ă  tous les niveaux.

Ne pas simuler le travail au bureau

C’est naturel : le premier rĂ©flexe est de « copier/coller », la seule mĂ©thode de travail que nous connaissons : avoir des rĂ©unions (car c’est facile Ă  organiser « en physique »), vĂ©rifier que ses collaborateurs sont bien Ă  leur poste (đŸ˜±), « pinger » les gens pour leur poser des questions (sur le chat) etc.

Non il n’est pas nĂ©cessaire de savoir si quelqu’un est Ă  son poste. Non, il n’est pas nĂ©cessaire de savoir si, Ă  cet instant, il ou elle travaille (et comment je peux le savoir d’ailleurs ?). Non, cette question, que vous aviez n’a pas besoin d’ĂȘtre rĂ©pondue dans la minute.

La distance fait que l’on ne voit pas la personne avec laquelle on a l’habitude de travailler. Il faut l’accepter et

faire confiance

La confiance reste la clĂ© d’un travail Ă  distance rĂ©ussi, mais elle doit s’accompagner avec la capacitĂ© du manager Ă  Ă©valuer ses collaborateurs.

taper sur un clavier toute la journĂ©e n’a jamais Ă©tĂ© le signe que les tĂąches Ă©taient correctement effectuĂ©es, que les objectifs Ă©taient remplis đŸ˜±

Un manager qui sait Ă©valuer la performance de ses Ă©quipes, peut le faire dans le mĂȘme bureau comme Ă  10 000 Km. S’il ne sait pas faire ça il doit se remettre rapidement en question, et s’en donner les moyens.

âžĄïž la confiance et l’Ă©valuation juste du travail accompli sont pour moi les piliers d’une collaboration Ă  distance.

Nous verrons dans une part III, les quelques techniques qui vous permettront de renforcer les fondations de votre nouvelle organisation. (Vous découvrirez notamment comment vivre en mode asynchrone fait un bien fou !)

[ edit : La part II est juste lĂ  ! ]